Rechercher

Influence de la position d’hyperflexion sur le plan physique et émotionnel

Par rapport aux autres HNP



Quelles sont les quatre positions de dressage ? 

Les scientifiques reconnaissaient quatre principales positions de dressage appelées HNP (Head Neck Position) aujourd’hui ils en ont défini sept. Cependant la plupart des études portent toujours sur ces quatre positions. C’est pourquoi dans cet exposé, nous ne parlerons que des premières HNP.

Source : https://demivolteface.com/2017/06/26/hyperflexion/

1a : “Devant la verticale”

1b : “Verticale”

1c : “Derrière la verticale” 

1d : “à l’envers”

Ces quatre positions peuvent être exprimées de différentes manière que ce soit plus discret ou au contraire à l’extrême comme l’hyperflexion.



L’hyperflexion est le mot consensus employé en France afin de désigner une technique de dressage venue d'Allemagne du nom de “Rollkür” (“roll” pour enrouler et “kür” pour les figures de dressage libres). Cette technique vise à avoir un cheval dont l’encolure est très ronde et basse afin d’avoir la ligne du dos tendue et donc, en théorie, le garrot et le dos remonté avec l’arrière main sous la masse. Il faut savoir que c’est la théorie de la méthode mais en pratique, à l’entrainement ou en concours c’est une tout autre histoire. L’encolure est enroulée à l’extrême parfois simplement en entrainement pendant quelques secondes, parfois au quotidien voir imposée au box grâce à des ficelles.

Quelles sont les effets sur la plan physique ? 

1) Encolure

Dans la position derrière la verticale (notamment en hyperflexion) ce sont les muscles inférieurs de l’encolures qui se développent fortement notamment les muscles superficiels brachio-céphalique et sterno-céphalique. 

Ce sont ces muscles qui créer une élévation superficielle des antérieurs et donne alors l’impression d’un bon engagement et de rebond (cf encadré). Une étude de 2014 aurait par ailleurs démontré une suractivité des muscles inférieurs de l’encolure lors des phases d’hyperflexion. 


Pourtant une étude qu’à portée l’IFCE en février 2020 à démontrée à que la position ne créer pas de rebond plus important qu’en position naturelle ou de rassemblée voir même tendait à le réduire.


Source : http://www.atelier-equitation-classique.com/

Dans la position “à l’envers” ce sont également les muscles inférieurs de l’encolure qui se développent.

Muscles brachio-céphalique et sterno-céphalique surdéveloppés













Source : http://www.atelier-equitation-classique.com/

On peut également noter que la courbure des cervicales est tellement exagérée qu’elle forme un “S” 














Source : http://www.atelier-equitation-classique.com/


En comparaison la courbure des cervicales dans une position “naturelle”. 









Source : http://www.atelier-equitation-classique.com/

En revanche, les positions “verticale” et “en-avant de la verticale” quant à elles développent les muscles supérieurs de l’encolure tel que le splénius et les trapèzes













Cette courbure exagérée de l’encolure en hyperflexion créer aussi une diminution des capacités respiratoires. En effet, une étude (LI-ME GO 2014) a montré que le diamètre pharyngé diminuait significativement dans cette position. Pourtant, lors d’un effort le cheval à des besoins respiratoires qui augmentent considérablement (en moyenne 5l/min au repos et cela peut monter jusqu’à 1500l/min lors d’un effort). 


Source : Patrick Galloux IFCE

2) Ligament nuchal 

Le ligament nuchal est un ligament qui part de la nuque et qui relie les vertèbres cervicales aux premières vertèbres thoraciques et qui rejoins le ligament supra-épineux au niveau des apophyses épineuses du garrot. Lorsque le cheval étends son encolure vers le bas il étire son ligament nuchal qui lui-même tend le ligament supra-épineux qui créer la monter du dos.  C’est un effet d’élastique qui tire dans un sens et créer du tonus, il faut cependant bien comprendre que le dos n’est alors plus creusé mais que ce n’est pas seulement ça qui permet aux muscles du dos de se développer.